Kane Ya Makane
Logo

Le projet Tanouir +

Témoignages

Le Délégué de l’Education Nationale d’Agadir Idaoutanane

Témoignage apporté à l’occasion du 5ème anniversaire de Kane Ya Makane "J’aurais bien voulu être parmi vous présenter le témoignage de la Délégation d’Agadir Idaoutanane concernant les 2 programmes qui ont été faits en coopération avec l’association Kane Ya Makane, le programme Tanouir et le programme (...)

Voir tous les témoignages...

Partenaires

Initialement, le projet Tanouir + a pu voir le jour grâce au partenariat avec la Fondation Drosos en décembre 2012.
Par la suite, un partenariat avec le groupe TAQA a été noué en avril 2013 pour 4 écoles, suivi du renouvellement de nos conventions avec nos partenaires d’origine (Principauté de Monaco, Société Générale, Eqdom) pour un redémarrage du projet dans 7 écoles de la région d’Agadir.
En 2015, deux nouveaux partenariats ont été réalisés, l’un avec la société Dari pour une école dans la région d’El Jadida et l’autre avec un bienfaiteur ayant souhaité garder l’anonymat.
En 2016, ce sont tous nos anciens partenaires qui ont renouvelé leur engagement, permettant ainsi à Kane Ya Makane de déployer le projet dans 19 écoles publiques.

JPEG - 2 Mo

Prolongement direct du projet Tanouir, Tanouir + s’inscrit dans le même contexte : celui d’un système éducatif au Maroc comportant de nombreuses lacunes. L’école publique remplit actuellement faiblement son rôle de lieu de transmission de savoirs, d’épanouissement et d’éveil. De part son faible attrait, l’enseignement actuel conduit souvent à un manque d’intérêt pour l’éducation, l’échec scolaire voire l’abandon de la scolarité par une partie significative de ses élèves.
De plus, à ce jour, les programmes scolaires n’offrent aucun espace pour l’éducation artistique, l’expérimentation, et le questionnement des enfants, activités pourtant essentielles à leur construction. Et les instituteurs ont besoin d’un nouveau souffle dans leur pratique d’enseignement.
Et le déploiement du projet Tanouir depuis janvier 2011 a permis à l’association Kane Ya Makane de remonter un besoin de renforcement du niveau des élèves en français, et de mettre en évidence les retombées positives de l’implication des mamans dans l’éducation de leurs enfants.

JPEG - 4.1 Mo

Partant de l’ensemble de ces constats, l’association Kane Ya Makane a conçu le projet Tanouir + qui a pu être déployé pour la 1ère fois dans la région de Marrakech auprès de 600 enfants, 120 mères d’élèves et 18 instituteurs et ce, grâce à un partenariat signé en décembre 2012 avec la Fondation Drosos. A noter, que depuis, de nouveaux partenariats ont permis d’étendre le déploiement du programme dans d’autres régions : Agadir, et Doukkala-Abda.

Le projet Tanouir + a pour objectif principal de favoriser un développement personnel et éducatif harmonieux des élèves des écoles primaires publiques, situées en milieu rural en vue d’améliorer leurs chances de réussite en tant qu’adultes, en intervenant directement au niveau des enfants, mais également au niveau de leur environnement.

Le projet Tanouir + vise plus particulièrement les 4 objectifs spécifiques suivants :

>> Contribuer à l’éveil des enfants, développer leur créativité et favoriser leur épanouissement dans leur relation aux autres et dans leur rapport à soi ;
>> Développer les capacités d’expression orale des enfants en français ;
>> Redynamiser les pratiques d’enseignement des instituteurs et encourager leur implication dans la vie scolaire ;
>> Renforcer le rôle des mamans dans l’éducation et l’épanouissement de leurs enfants.

Dans cette optique, le projet Tanouir + s’articule autour des activités suivantes :

- La conception et le déploiement d’ateliers artistiques pluridisciplinaires

L’activité centrale du projet consiste à concevoir et déployer un programme sur mesure d’ateliers artistiques au profit des élèves des écoles d’intervention. Les disciplines artistiques suivantes sont proposées : théâtre, arts plastiques, contes, comptines, bandes dessinées, marionnettes…car elles rencontrent en général un grand succès auprès des enfants. Mais le contenu des ateliers est élaboré sur mesure au siège de l’association en fonction des besoins et attentes des enfants et pourra être enrichi par de nouvelles disciplines en cas de besoin.

Au sein de chaque école une salle, entièrement équipée, est dédiée au projet. Elle accueille des groupes de 10 à 15 enfants constitués en concertation avec les directeurs d’écoles, sur la base d’un équilibre paritaire filles/ garçons et regroupés par niveau scolaire. L’animation des ateliers est assurée par un animateur recruté localement.


- La conception et le déploiement d’ateliers de renforcement en langue française

Afin de répondre aux attentes des parents et aux lacunes importantes des enfants, un atelier hebdomadaire d’1h30 de renforcement en langue française a été intégré au projet Tanouir + ; il concerne les élèves de la 3ème à la 6ème année de primaire. Des objectifs linguistiques spécifiques sont déclinés par niveau scolaire.
Ces ateliers sont encadrés par le même animateur qui assurera les ateliers artistiques. L’approche et le dispositif pédagogique de ces ateliers de renforcement en français sont conçus sur mesure en faisant appel à des experts externes et en concertation avec des représentants de l’Education Nationale.


- La formation des instituteurs des écoles publiques

Dans la perspective d’impacter durablement l’école et suite aux besoins de formation constatés auprès des instituteurs des écoles publiques, le projet Tanouir + prévoit la mise en place de sessions de formations annuelles au profit de ces derniers, et ce, en étroite concertation avec les représentants provinciaux de l’Education Nationale.
L’objectif de ces formations est de doter les instituteurs de nouvelles approches et techniques d’enseignement qui leur permettent de stimuler et motiver les enfants pour une meilleure assimilation des apprentissages.
Ces formations, animées par des experts choisis en fonction des thèmes définis, bénéficieront à 18 instituteurs par région, sur les 3 années du projet.


- La conception et le déploiement d’ateliers artistiques au profit des mères

Une activité artistique au profit de 120 mères d’élèves a été incluse dans le projet Tanouir +, dans l’optique d’utiliser l’art pour offrir à ces femmes un espace d’animation socioculturelle, dans lequel elles peuvent développer leur créativité, leur confiance en soi, prendre davantage conscience de leur place et s’épanouir. La finalité de cette activité est également de développer et renforcer le lien avec les parents d’élèves, et de favoriser ainsi la bonne intégration du projet dans son environnement.
La discipline artistique a été choisie par les mamans d’élèves elles-mêmes. Cette activité est actuellement précédée de cours d’alphabétisation, dans certaines écoles.
Enfin, le groupe le plus talentueux de mamans identifié dans un des 6 douars d’intervention, a bénéficié de plusieurs formations animées par des artistes dans une perspective d’organiser à la fin du projet une exposition – vente des œuvres produites. L’objectif poursuivi à terme est de favoriser l’émergence d’une activité dont les femmes pourraient tirer un revenu.


- La participation aux fêtes de fin d’année dans les écoles et l’édition de recueils des plus belles productions

Un spectacle annuel est prévu au sein de chaque école d’intervention lors de la fête de fin d’année, pour mettre en valeur la créativité et la diversité des productions des enfants, encourager leurs efforts et promouvoir un espace convivial d’échanges entre les cadres de l’école, les parents, les élèves et l’équipe de l’association Kane Ya Makane…
Répondant aux mêmes objectifs, un recueil des plus belles productions des enfants, sera réalisé en fin d’année 2 et en fin d’année 3 du projet. Ces 2 recueils seront édités et remis à tous les enfants bénéficiaires du projet ainsi qu’aux partenaires.

Le projet Tanouir + sera déployé en 2016 - 2017 au sein de :
- 8 écoles publiques primaires situées en milieu rural dans la région de Marrakech
- 6 écoles dans la région d’Agadir
- 5 écoles dans la région de Doukkala-Abda.
Il bénéficiera donc en 2016 - 2017 à 19 écoles, représentant plus de 3 500 élèves du primaire et à 45 instituteurs des écoles d’intervention.






Partager cette page